Champs d'action

Le droit de s’informer, de s’exprimer, d’être entendu et de se réunir

Ces droits font partie des grands classiques en matière de droits à la liberté et à la participation. Il est indispensable d’avoir accès à l’information pour pouvoir se forger sa propre opinion, s’exprimer et se réunir, ce qui s’applique aussi aux enfants. À l’ère des médias numériques et de l’accès pratiquement illimité à l’information, il semble crucial de transmettre ces contenus en fonction de l’âge et du développement de l’enfant. Par conséquent, aussi bien les privés que l’État sont appelés à adapter les informations à l’âge des enfants ciblés et à encourager les offres de formation pour la gestion de l’information et des médias.

Le droit d’exprimer son opinion et d’être entendu fait également partie des principes de la convention qui doivent être considérés dans l’application de tous les droits de l’enfant dans tous les domaines de la vie. Ceci peut concerner par exemple la construction ou la restructuration d’une école, la conception d’un terrain de jeu ou de la circulation dans un quartier. Le droit à la libre expression et à être entendu joue un rôle primordial dans les procédures juridiques et la prise de décision par des autorités ou des tribunaux touchant aux conditions de vie d’enfants et d’adolescents, qu’il s’agisse de la séparation ou du divorce des parents, du placement extrafamilial dans le cadre d’une mesure de protection de l’enfant, mais aussi de décisions relevant du droit scolaire ou des étrangers. Les enfants et les adolescents devraient donc pouvoir faire confiance aux responsables pour que ceux-ci les écoutent et les considèrent dans toutes les décisions les concernant directement ou indirectement.

« Pourquoi Aatifa ne vient-elle
plus à l'école ? »

Education
Convention de l'ONU relative aux droits de l'enfant: 

Art. 28

Déplacements et non-retours illicites
Convention de l'ONU relative aux droits de l'enfant: 

Art. 11